Actualité 2020

PALAMEDE DE FORBIN A L’HONNEUR

Une plaque de bronze représentant Palamède de Forbin , œuvre du sculpteur Paulin Bertrand, ami de Jean Aicard, a été inaugurée le 7 août 1920, sur un monument situé sur les ruines du château des Forbin. Les membres de la Comédie française ont joué la pièce de Jean Aicard , alors maire de Solliès-Ville «Forbin de Solliès ou le Testament du Roi René ». Cette pièce évoque le rattachement de la Provence à la France en 1481 à l’initiative de Palamède de Forbin, Seigneur de Solliès, Conseiller du Roi René.

Une loi du 11 octobre 1941 sur l’enlèvement des statues et plaques métalliques en vue de la récupération des métaux non ferreux a été promulguée sous le gouvernement de Vichy. Aussi, la plaque de bronze a été envoyée dans les fonderies allemandes.

Les Amis de Jean Aicard ont sollicité la municipalité afin que cette plaque retrouve sa place initiale.

Cette nouvelle plaque a été réalisée en matière inaltérable façon bronze par Kevin Clark demeurant aux Aiguiers. Cet artiste décorateur, diplômé de l’Ecole des Beaux Arts de Dundee en Ecosse, est connu pour ses œuvres créées pour les médiathèques de Solliès-Ville et La Farlède et ses décors et accessoires pour l’Opéra de Toulon.

Elle sera inaugurée le Vendredi 21 août à 17h sur l’Esplanade de la Montjoie.

Il y a 100 ans Forbin de Solliès ou le Testament du roi René : 7 et 8 août 1920 joué par la Comédie française à Solliès-Ville.

Jean Aicard, séduit par le village perché de Solliès-Ville, achète « la petite maison blottie contre l’église » en 1916. Il est séduit par le calme et la beauté des lieux, par la simplicité et la sagesse des habitants. Ces derniers l’élisent maire en 1919.

En écoutant son entourage, et en faisant quelques recherches, il découvre une page d’histoire qui l’intéresse et qu’il approfondit. C’est ainsi qu’il écrit « Forbin de Solliès ou le Testament du Roi René». Cette pièce de théâtre en vers comporte deux actes et un épilogue.

Dans cet épilogue, il explique comment il découvrit Solliès-Ville, son attachement à ce lieu et Palamède de Forbin, Seigneur de Solliès, Conseiller du Roi René, qui fut à l’origine du rattachement de la Provence à la France.

Lui vint alors l’idée de faire jouer cette pièce sur les ruines du château qui se dressent sur l’esplanade de la Montjoie dominant la plaine de la Vallée du Gapeau. Il n’eut pas de mal à convaincre ses amis de la Comédie française qui avaient joué certaines de ses pièces à Paris.

Parmi ces acteurs, le plus célèbre était Eugène Silvain, qui a débuté en 1878 à la Comédie Française et a interprété jusqu’en 1922, 110 rôles : tragédies, drames, comédies. Avec son épouse Louise, il joue en Egypte, Italie, Angleterre, Algérie et en Provence (Orange, Marseille, Arles).

Silvain était ami de longue date de Jean Aicard. Il évoque souvent le succès remporté par le Père Lebonnard. Il écrit à Jean Aicard «Ma rentrée dans Le Père Lebonnard a été triomphante pour ton chef d’œuvre : elle s’est effectuée devant une salle comble…»

Les 7 et 8 août 1920, avec son épouse et quelques autres acteurs, Silvain jouera donc « Forbin de Solliès ou le Testament du Roi René». Louise apprit en 48 heures les 150 vers de son rôle, Eugène mit 15 jours pour en apprendre 600 Le succès fut mémorable. Devant un parterre de personnalités parmi lesquelles Mademoiselle Lebrun, nièce du Président de la République, le grand tragédien Silvain, interpréta le rôle du Roi René et Louise, son épouse joua merveilleusement le Génie de l’histoire et la France.

Le plus jeune acteur de la troupe était Pierre Fresnay dans le rôle du berger.

Les habitants du village, motivés, ont participé activement à ces grandes fêtes. (Installation matérielle du théâtre de verdure, velum pour protéger le public du soleil…) Les adolescents auxquels se joignirent certains jeunes du canton, costumés par leurs parents, se virent attribuer des rôles de figurants et entonnèrent des chants provençaux.

Jean Aicard offrit aussi et fit inaugurer le 7 août trois monuments, l’un dédié au poète macaronique Antonius Aréna qu’il fit ériger sur un terrain proche du musée qu’il donna à la commune, l’autre en l’honneur de Palamède de Forbin sur les ruines de la Montjoie et le troisième, le Monument aux morts, en hommage aux héros de la Grande Guerre.

Le succès remporté fut grandiose et le petit village de Solliès-Ville fut connu dans la France entière grâce aux invités et personnalités célèbres mais aussi aux articles parus dans la presse de l’époque.

Dans la revue Comoedia de l’écrivain, réalisateur René Clair, voilà ce qui a été écrit :

« Une foule nombreuse a gravi les pentes ardues de Solliès-Ville pour assister à ces fêtes magnifiques de soleil, de patriotisme, de poésie et de beauté, une foule enthousiasme et émue a applaudi à l’inauguration des médaillons du soldat poète Antonius Aréna qui défendit vaillamment Solliès en 1536 et de Palamède le grand,

œuvres de l’excellent artiste Paulin-Bertrand. Elle salua aussi pieusement les noms des douze enfants de Solliès tombés pour la patrie durant la grande guerre et qui resteront impérissablement gravés dans le marbre.

Mais le grand évènement de ces journées fut surtout la représentation de la pièce de Monsieur Jean Aicard, un superbe poème de fierté qu’animent un puissant lyrisme et une belle foi patriotique…L’interprétation – toute entière appartenant à la Comédie française – contribua au succès qui fut immense ».

************************************************

JALAGARDE-ConvertImage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Heureuse nouvelle

Les Amis de Jean Aicard  ont appris avec joie la naissance d’Elsa au foyer de Vinciane, leur secrétaire adjointe et responsable des Musées de Solliès-Ville dont l’Oustaou de Maurin des Maures.

Ce bébé a fait la joie de François son papa, de sa grande soeur Alice et du petit Maxence.

Une bonne nouvelle qui a égayé la grisaille du confinement.

Nous souhaitons longue vie à Elsa et plein de bonheur à cette charmante famille.

De grands bouleversements pendant une période difficile.

Voila une année 2020 qui s’annonçait active et réjouissante comme en témoignaient les nombreux projets élaborés par les membres des Amis de Jean Aicard.

 

Malheureusement, l’épidémie dévastatrice et le confinement, nous ont obligés à annuler les manifestations prévues telles que :

 

Le 11ème Festival Jean Aicard de poésie vivante : du Vendredi 29 mai au Lundi 8 juin  dont le thème était Courage… Osons la Poésie  et toutes les animations programmées :

 

Exposition de travaux d’élèves, poésie dans la rue, joutes poétiques, soirée de gala avec le groupe Samara à la Garde

A Solliès-Ville : annulation aussi du parcours poétique du vendredi 5 juin qui devait réunir les  des écoliers du canton, guidés par ceux de l’école Jean Aicard.

Enfin, le samedi 3 octobre, nous avons reporté à une date ultérieure,  le spectacle qui devait être donné à l’occasion du centenaire de  la pièce Forbin de Solliès ou le Testament du Roi René, jouée par la Comédie française en 1920.  Les comédiens du Petit  Théâtre de Solliès Ville et le groupe Farlède Provence  qui devaient animer ce spectacle se retrouveront lors d’une période plus propice, en même temps que l’exposition qui doit accompagner cette manifestation.

 

 

Petite pensée !!

« Supposons nous en pleine décadence, la liberté est étouffée…
Eh bien ,le Poésie n’est pas morte encore! »
Jean Aicard (26.01.1870)

Jean Aicard et le Docteur Marmottans à l’honneur à Toulon :

Dans l’espace culturel  créé sur les lieux de l’ancien hôpital Chalucet à Toulon,  la chapelle a été réhabilitée en salle d’expositions. Du 17 janvier au 31 mai, les écrivains et peintres toulonnais sont mis à l’honneur. Jean Aicard figure en bonne place grâce aux prêts du musée de La Garde en compagnie de Clément Massier et Paulin Bertrand. A voir absolument.

Chalucet 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En parcourant les jardins et ruelles, on peut découvrir sur une placette, une plaque honorant Tony Marmottans qui fut le premier Président de notre association et un ardent défenseur de l’écrivain.

Chalucet 2

 

 

 

 

 

 

A noter que la statue représentant Jean Aicard aurait bien besoin d’être restaurée et blanchie comme l’ont été celles de Puget et François Fabié.

 

Chalucet 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chalucet 4

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Aicard à Ollioules :

Ce vendredi 28 février, la Maison du Patrimoine, créée à Ollioules à l’initiative de T.P.M. abrite une diversité exceptionnelle de présentations du patrimoine de la région toulonnaise.

Jean Aicard y figure en bonne place. Grâce aux techniques muséales modernes, on peut le voir accueillir les visiteurs sous une apparence vivante (sourire, clignements des yeux, hochement de tête..). Une rencontre particulièrement émouvante. Ce lieu de mémoire sera ouvert au public au printemps. Voir les avis dans la presse.

 

Assemblée Générale 9 février à La Garde :

C’est à l’Auberge Provençale que s’est tenue l’Assemblée Générale de notre Association.

Les bilans d’activités et financier ont été élus à l’unanimité. Les personnes présentes ont apprécié le travail fait pour entretenir la mémoire du poète.

Les projets évoqués : 11ème Festival Jean Aicard de poésie vivante , centenaire de la Pièce Forbin de Solliès jouée par la Comédie française à Solliès-Ville ,font que l’année 2020 sera proposera un riche hommage à l’écrivain.

 

18 janvier 2020 : Soirée à la bougie aux Lauriers roses :

Jean-Pascal Faucher, responsable du Musée de La Garde a reçu un nombreux public à  l’occasion de la Nuit de la Lecture. Les personnes présentes  ont assisté aux divers spectacles et participé aux lectures proposées selon le programme suivant :

19h

« Love Letters », par la Compagnie de l’Etreinte
Lecture de la correspondance amoureuse de deux personnages, de leur jeunesse à la fin de leur vie. Spectacle drôle et émouvant, par deux comédiens toulonnais.

20h30

Jean Aicard « Sonores »
Des poèmes, moins connus que les classiques du poète, mis en ambiance musicale. Une écoute « au coin du feu », comme au temps des conteurs, près de la cheminée…

21h

Visite « à la bougie »
Visite de la Maison de Jean Aicard, avec plusieurs lecteurs (comédiens, personnes du public) et plusieurs invités célèbres : Hugo, Sully Prudhomme, Mistral, Coppée, Loti…

22h30

« Un dernier vers, un dernier verre et au lit »
Petite collation avant de se quitter… non sans quelques surprises littéraires et musicales..!!!!!

 

Assemblée Générale : dimanche 9 février 2020 à l’Auberge provençale de La Garde 

Nuit de la lecture au Musée Jean Aicard-Paulin Bertrand Les Lauriers roses à La Garde :

Samedi 18 janvier 2020

Cette année la Nuit de la Lecture vous donne rendez-vous chez Jean Aicard, pour une soirée et un début de nuit avec différentes animations.